Examens d’endoscopies digestives de votre clinique de gastro-entérologie à Irigny

L’ensemble des examens endoscopiques réalisés au sein du centre nécessitent une consultation préalable avec un gastro-entérologue ET un anesthésiste dans le cas d’un examen sous anesthésie générale.

La coloscopie

La coloscopie est une exploration visuelle qui sert à mettre en évidence les anomalies du côlon. Elle est utile à votre médecin pour déterminer l’origine de vos symptômes ou pour dépister des lésions précancéreuses ou cancéreuses. Afin que vous soyez clairement informé(e) du déroulement de cet acte médical, nous vous demandons de lire attentivement ce document d’information. Votre médecin gastroentérologue est à votre disposition pour vous exposer, en complément, toute autre précision que vous souhaiteriez.

Pourquoi choisir la coloscopie ?

C’est actuellement l’examen de référence pour mettre en évidence des anomalies du côlon. En plus de ses grandes performances pour la détection des lésions, la coloscopie permet également de faire des prélèvements (biopsies) pour analyse au microscope. Elle offre enfin des possibilités de traitement comme l’ablation des polypes.

Comment enlève-t-on les polypes ?

Les polypes ont généralement la forme de champignons. Lorsque leur taille et leur implantation sur la paroi intestinale le permettent, les polypes peuvent être enlevés pendant la coloscopie. On utilise le plus souvent un bistouri électrique qui permet de les sectionner et de les coaguler.

Parfois, il s’avère nécessaire de procéder à une nouvelle coloscopie pour compléter le traitement ou vous proposer un autre moyen d’enlever les polypes (chirurgie).

Comment se préparer pour la coloscopie ?

Il faut être à jeun strict (sans boire, ni manger, ni fumer).

Le côlon doit être parfaitement propre pour permettre un examen précis et réaliser les gestes thérapeutiques utiles. Pour cela, vous devez effectuer une préparation soigneuse de votre intestin avant l’examen.

Veuillez suivre, à la lettre, les instructions données par votre gastro-entérologue pour cette préparation.

Malgré des consignes bien suivies, la préparation peut parfois s’avérer insuffisante et obliger à renoncer à la poursuite de l’examen. Celui-ci pourra alors être reprogrammé ou complété par un examen radiologique.

Si vous devez prendre des médicaments, leurs effets peuvent être modifiés par la préparation (cela concerne également la pilule contraceptive).

N’oubliez pas de fournir au médecin toutes les informations concernant votre histoire médicale et les médicaments que vous prenez habituellement.

Comment votre coloscopie va-t-elle se dérouler ?

Le gastro-entérologue utilise un appareil souple appelé « endoscope » qui est introduit par l’anus.

Pendant l’examen, de l’air est insufflé pour déplisser les parois. Une sensation de ballonnement et la nécessité d’éliminer des gaz peuvent être ressenties après l’examen.

D’éventuels prélèvements sont réalisés en cours d’examen, si votre médecin les juge nécessaires.

Pour améliorer la tolérance de l’examen, une anesthésie générale est souvent proposée et programmée. Il est de la compétence du médecin anesthésiste réanimateur de répondre à vos questions relatives à sa spécialité.

Entre chaque patient, et comme le veut la réglementation, l’endoscope est désinfecté et les accessoires utilisés sont soit détruits ‒ comme les pinces à biopsie ou les aiguilles (matériel à usage unique) ‒, soit stérilisés. Ces procédures font référence pour prévenir d’éventuelles transmissions d’infections.

Il peut vous être demandé de rester hospitalisé(e) dans les suites de l’examen pour surveillance ou en cas de complications.

Quelles complications peuvent survenir pendant ou après un examen ?

Tout acte médical et toute exploration, même conduits dans des conditions de compétences et de sécurité conformes aux données avérées de la science et de la réglementation en vigueur, présentent un risque de complications.

Une bonne préparation du côlon est indispensable : elle permet un examen de meilleure qualité et réduit les risques (douleurs, malaises).

La coloscopie est un examen pratiqué de façon courante et ses complications sont rares.

Les principales complications sont :

  • La perforation des parois du côlon. Cette complication peut survenir lors de l’ablation d’un polype, mais également lors d’une coloscopie diagnostique simple. Le traitement de ces perforations nécessite souvent une intervention chirurgicale avec les risques liés à cette intervention.
  • Les hémorragies. Elles peuvent compliquer l’ablation de polypes pendant ou juste après l’examen, mais surtout dans les cinq à dix jours qui suivent. Elles sont favorisées par certains traitements qui fluidifient le sang. Elles peuvent nécessiter des transfusions sanguines.
  • Dans les suites de l’examen, l’apparition ou la persistance de douleurs abdominales, de sang rouge ou de selles noires, de fièvre ou de frissons, imposent de prévenir votre gastro-entérologue ou votre médecin traitant.

La gastroscopie

La gastroscopie est une exploration visuelle qui sert à mettre en évidence des lésions de l’œsophage, de l’estomac et du duodénum.

Elle est utile à votre médecin pour déterminer l’origine de vos symptômes.

Afin que vous soyez clairement informé(e) du déroulement de cet acte médical, nous vous demandons de lire attentivement ce document d’information. Votre médecin gastro-entérologue est à votre disposition pour vous exposer, en complément, toute autre précision que vous souhaitez.

Pourquoi choisir la gastroscopie ?

C’est actuellement l’examen de référence pour explorer l’œsophage, l’estomac et le duodénum.

Elle permet de mettre en évidence d’éventuelles lésions et de faire des biopsies (prélèvements d’un fragment de tissu pour l’étudier au microscope).

Comment se préparer pour la gastroscopie ?

Il faut être à jeun strict (sans boire, ni manger, ni fumer) durant les 6 heures précédant l’examen.

Comment va se dérouler votre gastroscopie ?

Le gastro-entérologue utilise un appareil souple appelé « endoscope » qui est introduit par la bouche ou par le nez, après, dans certains cas, une anesthésie locale.

Le plus souvent, vous êtes installé(e) couché(e) sur le côté gauche.

L’examen n’est pas douloureux et vous n’êtes pas gêné(e) pour respirer car l’endoscope ne va pas dans les poumons. En revanche, il faut maintenir une respiration bien régulière durant toute la durée de l’examen afin d’éviter d’éventuelles nausées. Par ailleurs, vous devez éviter d’avaler votre salive en la laissant s’écouler à l’extérieur de votre bouche sur une protection.

Pendant l’examen, de l’air est insufflé pour déplisser les parois et peut vous occasionner de petits renvois d’air.

D’éventuels prélèvements sont réalisés en cours d’examen, si votre médecin les juge nécessaires.

Pour améliorer la tolérance de l’examen, une anesthésie générale peut être programmée. Il est de la compétence du médecin anesthésiste réanimateur de répondre à vos questions relatives à sa spécialité.

Entre chaque patient, et suivant la réglementation en vigueur, l’endoscope est désinfecté et l’ensemble des accessoires utilisés (pinces à biopsie…) est stérilisé voire jeté (matériel à usage unique). Ces procédures font référence pour prévenir d’éventuelles transmissions d’infections.

Quelles complications peuvent survenir pendant l’examen ?

Tout acte médical et toute exploration, même conduits dans des conditions de compétences et de sécurité conformes aux données avérées de la science et de la réglementation en vigueur présentent un risque de complications.

Les complications de la gastroscopie sont très exceptionnelles. Ce sont en particulier :

  • la perforation,
  • l’hémorragie,
  • les troubles cardio-vasculaires et respiratoires,
  • l’infection.

Nécessitant parfois une hospitalisation, elles peuvent être favorisées par vos antécédents médico-chirurgicaux ou par la prise de certains médicaments.

Toutes ces complications apparaissent le plus souvent lors de l’endoscopie, mais peuvent également se révéler quelques jours après l’examen (douleurs abdominales et du thorax, vomissements de sang rouge ou noir, toux, fièvre, frissons…).

Il est alors important de contacter votre gastro-entérologue ou votre médecin traitant.

La rectoscopie

La rectoscopie est un examen du rectum et de la partie terminale du gros intestin.

Il s’agit d’un examen simple et rapide ne nécessitant pas d’anesthésie ni de jeun préalable.

La préparation consiste en l’administration d’un lavement simple évacuateur fait à domicile ou au sein du centre.